Tourism

Tourism (2)

 

14 millions : tel est le nombre de touristes accueillis par Dubaï et Abu Dhabi en 2013, soit une augmentation de plus de 250% en dix ans... et seulement un tiers des visiteurs prévus à l’horizon 2024 ! La santé florissante du tourisme émirati est le résultat d’une volonté politique, relayée et concrétisée par les investisseurs privés et publics.

Stratégiquement situés au carrefour des continents asiatique, africain et européen, à moins de 4 heures d’avion pour un tiers de la population mondiale, les EAU sont LA destination touristique montante, aux perspectives les plus prometteuses. Si Dubaï et Abu Dhabi ont conquis leurs millions de visiteurs grâce à une infrastructure hôtelière étoffée et haut de gamme, une architecture avant-gardiste – Burj Khalifa est à ce jour la plus haute tour jamais construite (828 m) – et d’innombrables attractions ludiques et commerciales, les autres émirats proposent, à l’inverse, une expérience plus authentique, ancrée dans les trésors culturels, historiques et naturels de la région : Sharjah a ainsi été désignée Capitale de la culture islamique en 2014, tandis que Ras Al Khaymah est la destination tendance des « locaux », avec ses 64 kms de plages de sable blanc baignées d’eaux turquoises. Le tourisme d’affaires n’est quant à lui pas en reste : les EAU sont devenus un « spot » mondialement réputé pour les MICE – Meetings, Incentives, Conventions and Exhibitions.

 

La diversité et l’exhaustivité de l’offre touristique émiratie explique les résultats exceptionnels et l’impact grandissant du secteur dans une économie qui repose toujours sur la rente issue des hydrocarbures. Selon les données 2013 du World Travel&Tourism Council, le tourisme a contribué à un peu plus de 14% du Produit Intérieur Brut (PIB) des EAU, ce qui en fait, juste derrière les services financiers, un acteur économique plus influent que l’éducation et les industries automobile ou chimique. En termes d’emploi, le secteur a été à l’origine de la création de plus d’un poste sur dix aux EAU : près de 395 000 emplois sont directement ou indirectement générés par le secteur, soit 22 fois plus que celui des hydrocarbures.

 

La croissance fulgurante du tourisme et de l’hôtellerie aux EAU et ses perspectives de développement placent dès à présent Dubaï en embuscade pour ravir prochainement à Londres sa place de ville accueillant le plus de touristes au monde (16 millions annuellement). Les autorités tablent en effet sur une croissance moyenne de +5% par an sur les dix prochaines années ; à titre de comparaison, le PIB global des Emirats augmentera de 2,6% par an durant cette période.

 

Ces chiffres résultent d’un programme de développement ambitieux, « Tourism Vision 2020 ». Approuvé en mai 2013 par S.E. Sheikh Mohammed Bin Rashid Al Maktoum, actuel Gouverneur de Dubaï, Vice-Président et Premier Ministre des EAU, et mis en œuvre par le DubaiDepartment of Tourism and Commerce Marketing, ce programme a pour objectif d’accélérer la transition de Dubaï d’un hub régional à une destination mondialement réputée pour son offre événementielle et de loisirs. Pour parvenir au doublement du nombre de touristes et au triplement de la contribution du secteur dans l’économie en 2020, les investisseurs publics et privés sont engagés conjointement à développer l’infrastructure requise : Al Maktoum International est appelé à devenir le plus grand aéroport au monde (160 millions de passagers à terme), 29 000 chambres d’hôtel seront créées d’ici 2016 afin de compléter les 113 000 déjà existantes et 45 000 supplémentaires seront aussià fournir pour 2020 afin d’accueillir les 25 millions de visiteurs attendus (dont 70% d’étrangers) de l’Exposition Universelle– une première dans la région Moyen-Orient / Afrique du Nord. En soutien à l’effort d’investissement colossalqui s’élève, selon les estimations officielles, à 7 milliards de dollars, une taxe spécifique – le « Tourismfee », d’un montant variant de 7 à 20 dirhams émiratis – est exigible depuis mars 2014 à tout client d’hôtel, d’appart-hôtel, guesthouse et résidences de villégiature aux EAU.

Bien plus que fortement recommandée, la destination « E.A.U » est désormais un passage obligé dans les circuits du tourisme mondial

Par : Alexandrina Iremciuc

Selon le Crescent Rating [1], une organisation musulmane qui promeut les voyages halal, le tourisme islamique représente un chiffre d’affaires de 113 milliards de francs suisses en 2011 et pourrait même atteindre près de 200 milliards d’ici 2020. La Suisse, pour laquelle le tourisme est la troisième industrie nationale, œuvre depuis des années déjà pour attirer le « tourisme voilé » et depuis un peu plus d’une décennie elle y arrive, et notamment à Genève qui fait figure de pionnière.

Tout a commencé dans les années 2000 avec le séjour du roi Fahd d’Arabie dans une vaste propriété qu’il possède en campagne genevoise. Ensuite, ont suivi les princes et l’entourage de l’émir du Qatar. Puis, pendant la guerre du Liban, les hommes d’affaires du Golfe et leurs familles ont préféré les rives tranquilles du Léman. Depuis, un séjour après le Ramadan est devenu un must pour la bourgeoisie moyenne-orientale , comme l’illustre les 80% d’augmentation de nuitées à Genève. C’est dire que le « tourisme voilé » est désormais la poule aux œufs d’or de l’hôtellerie suisse.

En été, devant les palaces de la ville situés au bord du lac Léman, il est fréquent de voir des touristes arabes admirant la vue et profitant de la fraicheur du lac, pendant que leurs enfants commandent des glaces aux divers parfums. Les prestations de service de certains palaces sont adaptées à la clientèle moyenne-orientale qui mettent à disposition tapis de prière avec boussole intégrée et un Coran, tout comme une grande diversité de jus de fruits dépourvus d’alcool. Certains hôtels de luxe vont encore plus loin, mettant à disposition de leur clientèle fortunée une cuisine halal, la possibilité d’avoir un personnel exclusivement féminin dans les spas et pour le service de chambre, ou encore en vendant dans leurs boutiques des burkini (burka-maillot de bains).

Deux événements, en particulier attirent le tourisme arabe à Genève : le Salon international de l’automobile et les Fêtes de Genève.

La clientèle moyen-orientale apprécie particulièrement à Genève le climat : pouvoir se balader au bord du lac à pieds plutôt qu’en voiture climatisée n’a pas de prix, tout comme le shopping dans les boutiques de luxe. Les magasins genevois proposent des heures d’ouverture exceptionnelles et privées, pour attirer cette riche clientèle et les restaurants se donnent à cœur joie pour leur proposer des plats aux saveurs préférées de ces clients privilégiés, soient-ils halal ou juste des adaptations des concepts de restauration de monde. Quant aux fleuristes, ils épuisent volontiers leurs stocks pour embellir les chambres d’hôtels de luxe et les tables de ces invités d’honneur.

La clientèle moyenne-orientale est également très sensible aux plaisirs offerts aux enfants et aux attractions proposées dans le cadre des Fêtes de Genève, ce qui ont fait de précieux adeptes pour les organisateurs, au point qu’une année la date de celles-ci a même été reportée en raison du Ramadan afin de pouvoir compter sur leur présence.

Chaque année, Genève se plie en quatre pour plaire à ces touristes de marque qui, pendant les quelques jours du Salon de l’auto et des Fêtes de Genève, transforment l’atmosphère de la ville. Ils le valent bien, dit-on, ce sont aussi eux qui enrichissent le prestige de la Genève Internationale.

Mais Genève n’a aujourd’hui plus le monopole du « tourisme moyen oriental ». Interlaken, dans les Alpes bernoises, a aussi misé sur ce nouveau tourisme. L’hôtel Métropole y reçoit régulièrement des touristes arabes à raison de 40'000 nuitées par année en moyenne [2]. L’hôtel offre des prestations à la hauteur de la richesse de ses clients, comme l’illustre, par exemple, la croisière en bateau sur le lac de Brienz suivie d’un barbecue halal qui leur est proposée.

Avec des atouts pareils, la Suisse ne craint guère la concurrence du tourisme certifié « 100% halal », - qui se développe actuellement un peu partout dans le monde à l’instar de la Turquie ou du Liban. Le tourisme arabe y a encore de beaux jours devant lui.

[1]http://www.crescentrating.com

[2]http://www.24heures.ch/vivre/societe/hotels-suisses-seduisent-musulmans/story/16987688?dossier_id=1860#clicked0.6901863676030189

 

About Us

Enjoy the power of entrepreneurs' platform offering comprehensive economic information on the Arab world and Switzerland, with databases on various economic issues, mainly Swiss-Arab trade statistics, a platform linking international entrepreneurs and decision makers. Become member and be part of international entrepreneurs' network, where business and pleasure meet.

 

 

adsense

Contact Us

Please contact us : 

Cogestra Laser SA

144, route du Mandement 

1242 Satigny - Geneva

Switzerland